L'avez-vous en tête Le prix de votre bien immobilier
?
  • Agence immobiliere Nestenn
  • .
    .
    >
  • LE COMPORTEMENT D'ACHAT DANS L'IMMOBILIER POST COVID
  • LE COMPORTEMENT D'ACHAT DANS L'IMMOBILIER POST COVID

    LE COMPORTEMENT D'ACHAT DANS L'IMMOBILIER POST COVID

    Suite au déconfinement, on se demande comment les futurs acheteurs se positionnent vis à vis de leurs projets immobiliers, et quels sont devenus leurs exigences. SeLoger & l'Observatoire du Moral Immobilier (OMI) répondent à la question. 

     

    "Courant mai, 39 % des futurs acquéreurs affirmaient que c’est le bon moment pour acheter alors que la majorité (46 %) ne sait pas vraiment se positionner à ce sujet. Pourtant ils étaient 78 % à l’affirmer haut et fort il y a un an. Cette hésitation à la sortie du confinement constitue un phénomène naturel compte tenu de l’expérience bouleversante que nous avons tous vécu. Les projets d’achat ont d’ailleurs évolué au déconfinement avec une appétence plus marquée pour les petites villes. Les envies d’espaces extérieurs et de maison sont également plus marquées et le vécu du télétravail fait désormais de l’accès internet une priorité pour 53 % des futurs acquéreurs. L’acheteur déconfiné veut un extérieur certes, mais souhaite rester connecté."

    Séverine Amate, Porte-parole chez SeLoger

     

    L'accès à internet

    En effet, suite à une enquête menée par SeLoger et Observatoire du Moral Immobilier du 14 au 18 mai 2020, on constate que 53 % des acheteurs privilégient les critères de l’accès à Internet, la qualité de la connexion et du raccordement à la fibre optique.

     

    Acheter dans une petite ville

    Sur les 2 500 futurs acheteurs sondés, 25 % des Français envisagent de devenir propriétaires dans une petite ville (moins de 20 000 habitants). Le confinement à provoqué chez certain, l'envie de renouer avec la verdure et le calme.

     

    Le choix d'une maison

    Pendant et après le confinement, les requêtes "maison" sur SeLoger ont fortement augmenté. En effet, 47 % des futurs acheteurs sont en quête d'une maison, contre 27 % pour un appartement. Le confinement a démontré que les ménages en appartement se sentaient prisonniers de leur propre demeure. Et pour cause, ils souhaitent désormais acquérir une maison. 

     

    Un périmètre de recherche élargi

    Le confinement a fait prendre conscience aux français qu'un espace extérieur leur était indispensable. C'est devenu un critère essentiel pour 14 % des acquéreurs dans leur recherche de bien immobilier. Ainsi, afin de satisfaire leur nouvelle exigence, les acheteurs (38 %) ont dû élargir leur périmètre de recherche. 

     

    Un choix plus grand

    Selon l'enquête de SeLoger et de son OMI, 20 % des français acheteurs ont revu à la hausse leur choix en terme de superficie. En revanche, 13 % des sondés préfèrent faire une concession sur la superficie pour se rapprocher de la métropole ou parce que leur pouvoir d'achat a diminué. 

     

    Bonne période pour acheter 

    39 % des français considèrent que c'est la bonne période pour faire l'acquisition d'un logement suite au déconfinement. Alors que 15 % pensent que ce n'est pas le bon moment. 

    En effet, acheter un logement permet de se constituer un patrimoine et de réduire ses impôts 

     

    La baisse des prix immobiliers  

    Compte tenu de la crise immobilière de 2008 où les prix des logements avaient fortement chutés, 49 % des français pensent que les prix vont baisser dans les 6 prochains mois. Contre 21 % qui penchent plutôt pour une hausse des prix, et 30 % pour une stabilisation. 

     

    S'improviser bricoleur  

    Afin de payer moins cher leur logement (40 %), pour gagner en superficie (19 %) ou pour amener un espace extérieur (13 %), 72 % des sondés sont prêts à retrousser leurs manches pour effectuer eux-même des travaux.